Visuel Rockomotives
have the moskovik + peter pitches + minou + boys in lilies + ropoporose
La Chapelle St-Jacques - 25 octobre - 20h - entrée libre retour à la programmation


HAVE THE MOSKOVIK
Instrumental / Violon, danse et décibels / Post mélodramatique.


« Là où les idées vertes dorment furieusement » - « Une simple théorie des glaces en terrasse ». Voici les indices disséminés sur les deux premiers EP du groupe. Pour vous aiguiller, nous sommes dans l'école de Godspeed You ! Black Emperor et From Monument to Masses ; poétique, puissante et engagée. Une musique instrumentale habillée de samples littéraires, où le violon et les guitares répondent aux images et la danse habitées. Ils en appellent à la transe, la communion, la performance du corps à corps ; pratiques usuelles pour ce mouvement basé sur la répétition. De la techno avec des instruments où les beats sont remplacés par des coups de caisse claire, où la violence est rage et espoir.


PETER PITCHES
Trip pop / La cité des enfants perdus / Hiver ensoleillé.


Dans les descriptifs musicaux, on voit apparaître de plus en plus le terme de dream-pop. Souvent, pour souligner un caractère fuyant du plancher des vaches. Ces Tourangeaux ont eux les pieds sur terre. Leur musique n'a rien d'un fantasme, elle est construite, millimétrée ; leurs rêves sont éveillés. On pense inévitablement à The XX qui avaient ramené le calme, la lenteur comme qualités. Le tout en servant des morceaux qui rythment nos vies dans ce qu'elles ont de plus précieux : la fête, la mélancolie, l'amour, le sexe. Un correspondant Québecois Peter Peter a bouleversé en 2014 nombre de midinettes avec sa vision d'une version améliorée de la tristesse. Nos Peter Pitches travaillent eux consciencieusement pour aider toutes les sensibilités à noyer la douleur et l'ennui.


MINOU
Variété assumée / Mélodies d'amour / Chacun cherche son chat.


Il est dit que ce que l'on écoute à l'adolescence guide nos pas. Pour les jeunes de l'an 2000, ce n'est plus le même deal. Les Minou ont eu la chance de familles soucieuses quant à la transmission musicale : Polnareff, Souchon et Etienne Daho ont du habiller le goûter du Dimanche. Minou c'est la sucrerie de la pop, c'est Yummy et coloré pas tant éloigné d'un Disney. Le tout sans pour autant reprendre Hannah Montanah ou Violetta, car ces félins savent faire ronronner les guitares et puiser dans la brit-pop racée. A l'heure des hôtels pour ces animaux (Aristide à Paris pour la publicité), ces 3 là repositionnent sur la carte le caractère hautement fier et indépendant du félin : faisant preuve de tendresse pour les croquettes, mais sachant également sortir les griffes face à trop de condescendance, ils apportent un regard neuf à la pop en Français.


BOYS IN LILIES
Au revoir Simone et Simon (Emilie) : bonjour au renouveau.


Lorsqu'un groupe de cette trempe postule dans les dispositifs de repérages, on sent qu'un niveau d'exigence a été passé. Les Boys in Lilies sont (comme leur nom ne l'indique pas) 3 demoiselles et un gentleman sur scène. Se donner les moyens des démesures rêvées, tel pourrait être non l’épitaphe mais la maxime du début de parcours de ce gang. Produire du beau, du grandiose dans le fragile, ne se fixer aucune limite avec une certaine inconscience. On pense très fort aux Cocorosie pour la jonction entre la pop, le hip-hop concrètement abstrait, à Danny Elfman pour la douceur féérique dans les chemins plus ombragés. On les projette dans plein de mondes en sachant pertinemment que d'ici très peu, des présentations seront écrites en référence à cette bande de malfaiteurs stylés.


ROPOPOROSE
Rock à tiroirs / Fougue et insouciance / Roro et Popo.


Romain, Pauline ; frère et soeur dans la vie et sur scène quand ils se taquinent car une pédale de boucles ne fonctionne pas. Nous ne sommes pas sur Twitter et pouvons prolonger la description : une batterie, une guitare ; un chant juvénile mais déjà parfaitement maitrisé, un chant de jeune adulte et déjà magnifiquement à côté ; débrouillards et curieux, adorateurs du groupe Girls et son leader Christopher Owens... Au jeu des 7 Familles, ce sont les petits cousins de la scène Tourangelle qui a replacé le caractère festif à sa place originelle : celle du lancer des cotillons loin de tout cynisme et beauferie. Un groupe à l'histoire simple comme des premières répétitions dans la chambre d'un grand frère, qui à force de singer ses modèles a créé son univers brut, rigolard et gentiment punk ; un groupe dont on a hâte d'observer l'évolution tant on est incapable d'imaginer la suite.
Festival organisé par l'association Figures Libres - Porte St Georges, rue Poterie bp 25 411001 Vendôme cedex -
02 54 77 06 92 - contact@figureslibres.org